FRÉDÉRIC BAREYRE

 

Son parcours :

Frédéric a suivi les classes préparatoires, puis l’école d’ingénieurs de Télécom Bretagne. Il a ensuite eu un parcours international qui lui a permis de travailler dans différents pays, au contact de nombreuses nationalités et de cultures différentes.

À cette occasion, il a apporté son support et son parrainage à l’école ‘Lar da criança’ au Brésil.

 

Son métier :

Frédéric a travaillé dans différentes fonctions : Programme Management, Business Development, Marketing et Bid Management,.

Aujourd’hui, il répond à des appels d’offre, proposant des systèmes de haute technologie qui répondent aux exigences des clients, et conciliant au mieux les coûts, les risques et les plannings. Choisir la solution la mieux adaptée est son défi quotidien.

 

Son projet Savanturiers :

Frédéric parraine la classe multi-niveau de Thierry Annota à l’école Diderot à Gennevilliers, avec 21 élèves en CE2 et en CM2, âgés de 8 à 12 ans.

Son objectif est de sensibiliser les élèves à la technologie, à l’importance de tenir des raisonnements logiques, à planifier, à formaliser et à s’éveiller à une démarche scientifique. Frédéric a eu envie de partager avec une école de Gennevilliers, ville faisant partie d’un Réseau d’éducation prioritaire + (REP+).

À travers un projet de robotique, consistant à construire un robot à même de ramasser les œufs du poulailler d’une école du réseau, le but est de faire appréhender aux élèves le fait que les solutions à un problème peuvent être multiples, et doivent concilier des paramètres variés dans la recherche du meilleur compromis.

Publicités

Savez-vous ce que font les ingénieurs de l’entreprise Thales ?

Les ingénieurs de Thales font « des choses pour l’aéronautique », « ils cherchent des nouveautés », « ils transfèrent des appels sur des téléphones », « ils font des applications », « ils font de la sécurité contre les virus », « ils font des choses pour que les militaires puissent parler entre eux »…

C’est ce qu’ont répondu les élèves de deux classes de CM2 de l’école Anatole France qui ont visité le site Thales de Gennevilliers, accompagnés de leurs parrains, le 24 mars derniers.

 

Au programme de cette visite guidée : présentation des métiers et produits de l’entreprise, démonstration et essais de radios, démonstration d’outils de simulation de véhicules et enfin, atelier de cryptologie !

 

 

 

 

Les élèves ont aussi découvert que les ingénieurs de Thales développent les zooms, comme ceux des appareils photos, qu’ils s’occupent de la sécurité des transactions bancaires en ligne (quand on achète quelque chose sur internet) et enfin, qu’ils fabriquent des radars qui permettent de déterminer la position et la vitesse d’un objet. Un élève explique : un radar « c’est un peu comme une chauve-souris : si elle crie et que l’écho revient, c’est qu’il y a un obstacle ».

 

De la réflexion au désir d’apprendre : Mihaela nous raconte son intervention dans une classe des Savanturiers de la High-Tech

Les-Savanturiers-classe-25-mars-2016-01-floutée

Un an après le lancement du programme pilote Les Savanturiers de la High-Tech, quels sont les retours des salariés du Groupe sur leur expérience de bénévolat ?

 

Initié en avril 2015, ce programme d’éducation aux sciences par la recherche a permis à 14 salariés bénévoles de parrainer des classes d’enfants du primaire au secondaire à Paris et en Gironde. Mihaela Brut, ingénieur à Palaiseau, bénévole et marraine d’une classe, nous raconte son immersion scientifique dans une classe de CM2 : « Cette expérience des « Savanturiers de la High Tech » sur les robots pour l’environnement a été extraordinaire ! Les enfants ont été très curieux et sensibles, ils ont beaucoup apprécié l’idée de percevoir d’une manière ludique les limites et les défis de la robotique. J’ai été très agréablement surprise par leurs questions. »

 

Comment s’organise la préparation d’ateliers dans une classe ?

 

« La classe a commencée avec l’intervention de leur professeur, Aurélien, qui a entrainé les enfants avec une démonstration du robot Mindstorm ; ce dernier devait suivre un chemin marqué en noir sur le sol. J’ai été ébahi de constater que ces enfants, de 9 et 10 ans, avaient déjà acquis la logique de programmation et combien leurs observations sur différentes alternatives à mettre en œuvre étaient pertinentes. 

Par la suite, j’ai présenté un exposé à l’aide d’un power point projeté à toute la classe : le but était d’ouvrir aux enfants la vision sur les applications robotiques dans le monde réel, particulièrement vis-à-vis des enjeux environnementaux. Ils ont pu comprendre que ce qu’ils apprennent maintenant pourrait être plus tard capitalisé dans des applications profitant à beaucoup de gens et à notre société. » 

 

Quels outils avez-vous utilisé pour sensibiliser les enfants à la question de la robotique ?

 

« Pour que mon discours soit attractif et compréhensif pour tous, j’ai illustré mon exposé avec plusieurs extraits de vidéos portant par exemple sur les films artistiques avec des personnages-robots, sur les résultats des projets européens en robotique, ainsi que sur quelques robots particuliers utilisés pour nettoyer la ville et rafraichir l’air ou bien encore pour se déplacer d’une manière écolo, même dans des zones dangereuses. Le panorama des domaines d’application de la robotique a par la suite laissé la place à la réflexion et au « désir d’apprendre ». Cette notion est d’ailleurs très chère à Aurélien, dont le travail de l’inculquer aux enfants est visible et louable. »

Les-Savanturiers-classe-25-mars-2016-03-floutée

Que va-t-il se passer après cette expérience ?

 

« Pour la suite, nous avons convenu avec Aurélien d’organiser une nouvelle rencontre avec la classe à la fin du trimestre. D’ici là, les enfants auront fini de construire intégralement leur robot (avec son boitier, ses roues, son système électrique, sa carte Arduino programmée correctement, etc.) destiné à ramasser les papiers tombés par terre dans la classe. 

J’envisage également de proposer un petit exercice de design de système intelligent, qui consisterait à imaginer que leur robot sera étendu avec différents capteurs qui lui permettront de communiquer avec un opérateur humain. L’enjeu sera alors de définir la séquence des communications et des traitements de données à travers un scénario tel que la détection d’un incendie et sa résolution. »

 

Les Savanturiers participant au projet “Un scientifique dans ma classe” en partenariat avec la Fondation Thales, se réuniront en congrès de jeunes chercheurs le 21 juin 2016 à Gennevilliers.  Moment d’échanges et de partage, ce colloque est l’occasion pour les élèves de restituer formellement leur travail et de présenter leurs réalisations aux autres classes.
A cette occasion, la Fondation et l’équipe des Savanturiers ont le plaisir et l’honneur d’accueillir Albert Fert, Prix Nobel de physique de 2007 pour la découverte de la magnétorésistance géante en 1988 et chercheur au sein d’un laboratoire Thales/CNRS, pour inaugurer ce congrès.

Mireille Hervy

HIGHTECH_mireille_hervySON PARCOURS

Mireille travaille actuellement à Thales Communications & Security sur le site de Gennevilliers, Cristal, un site qui a été construit en 2012. Mireille a commencé dans le groupe en 1978 à Boulogne-Billancourt, dans un service de test de production de matériel de radio-navigation aérienne. Les moyens de tests évoluant, elle a ensuite intégré une équipe de TAO (test assisté par ordinateur). Depuis, Mireille a connu plusieurs sites de Thales, Colombes, ancien site de Gennevilliers, puis de nouveau Colombes. Elle est restée dans le domaine de l’IAO (Ingénierie assistée par ordinateur), occupant aujourd’hui un poste de support aux utilisateurs d’un atelier Thales pour la conception de circuits intégrés complexes, dans le domaine du numérique.

LA CLASSE QU’ELLE PARRAINE

Habitante de Gennevilliers, Mireille a voulu participer à cette aventure car plusieurs écoles y étaient impliquées. Elle parraine la classe de CM2 de Dorothée Barreau à l’école Caillebotte de Gennevilliers. Le projet porte sur la sensibilisation des enfants à respecter leur environnement, et notamment, les inciter à garder la cour de leur école propre. La construction d’une poubelle au caractère ludique devrait sans doute favoriser les petits gestes éco-citoyens.

201601_FORMATIONHIGHTECH1751

Alain Baicry

HIGHTECH_alain_baicrySON PARCOURS

Après un baccalauréat scientifique, Alain a obtenu, par validation des acquis de l’expérience, un diplôme de niveau III. Il est actuellement en poste chez Thales Global Services. Alain a rejoint ce site après avoir passé plus de 10 ans en région parisienne sur le site de Thales Systèmes Aéroportés à Elancourt.

Sur le site de Thales Systèmes Aéroportés, Alain est chargé de surveiller les réseaux en tant qu’administrateur. Il doit également tout mettre en œuvre afin qu’il y ait le moins de perturbations possibles dans les communications numériques de l’entreprise, tout en appliquant les contraintes de sécurité de plus en plus critiques dans son métier.

À titre privé, Alain est élu municipal et responsable d’une association culturelle.

LA CLASSE QU’IL PARRAINE

Alain parraine un club informatique au sein du lycée Magendie en Gironde, avec Frédéric Placin, professeur de Physique-Chimie. Le club s’adresse à des élèves de la seconde à la terminale scientifique. Le projet a pour ambition de gérer un bras robotisé avec l’utilisation de modules électroniques Arduino.

201601_FORMATIONHIGHTECH1763

Jérémy Inconstante

HIGHTECH_jeremy_inconstanteSON PARCOURS

Jérémy occupe actuellement un poste d’ingénieur chez Thales Systèmes Aéroportés à Pessac en Gironde. Il a intégré ce poste après avoir fait un baccalauréat scientifique, des classes préparatoires et l’école d’ingénieur ENSEIRB-MATMECA à Bordeaux. Il y a suivi la filière de formation en électronique et une spécialisation en traitement de l’image et du signal.

Dans son travail, il est amené à trouver des solutions pour améliorer les systèmes ou résoudre des problèmes rencontrés. Cela passe par tout un processus scientifique : simulation, tests et essais, validation, etc.

Il est par ailleurs passionné par l’aéronautique, les voyages, le ski et la lecture. Il a eu la chance de partir 6 mois au Japon et envisage de commencer bientôt une formation de pilote privé !

LA CLASSE QU’IL PARRAINE

Cette année, Jérémy parraine la classe de CM1 de Sébastien Menvielle, professeur des écoles à Saint-Symphorien, en Gironde, en collaboration avec le collège. Leur projet porte sur l’enseignement des algorythmes, du code et de la robotique, grâce à l’utilisation du robot Thymio.

201601_FORMATIONHIGHTECH1752