Le premier article

Un groupe d’élèves a terminé le premier article. Vous pouvez maintenant lire leur travail. Je remercie encore Christine Azevedo-Coste, notre mentor, pour son aide lors de la rédaction de cet article. D’autres devraient bientôt suivre.

Bonne lecture.

Publicités

Tournage pour le montage de la vidéo en 180 secondes sur notre projet

Lundi 13 et mardi 14 mai, les élèves ont joué aux journalistes:

  • écriture du script et retour sur la démarche scientifique de recherche suivie tout au long du projet
  • passage devant la caméra

Il faut être clair, concis, parler à haute et intelligible voix, ne pas lire, s’être bien approprié les contenus de manière à les transmettre aux futurs spectateurs… c’est un exercice difficile!

Parallèlement, les élèves finalisent la rédaction de leurs articles sur le projet.

Nous avons hâte de découvrir le montage final qui devra relever le lourd challenge de condenser les les photos/vidéos envoyées en 180 secondes! Bon courage à l’équipe de vidéastes!

20190513_140430

 

Tests de validation

Christine, notre mentor, nous a rendu visite aujourd’hui. Elle nous expliqué comment rédiger un test de validation pour nos prototypes. (benchmark)

L’objectif doit être clairement défini:

  • longueur du trajet choisi pour tester l’efficacité du robot pour ramasser les déchets (légers: papier/plastique, métalliques, ou les deux): 5 mètres
  • nombre et type de déchets: 10
  • taux de réussite: 50%

On essaie, on observe, on modifie, on teste à nouveau.

On continue…

Comme prévu, nous avons démonté de vieux ordinateurs en panne afin de récupérer les ventilateurs. Au passage, nous avons aussi récupéré des fils électriques. Puis nous avons fabriqué de petits circuits électriques alimentés par des piles de 9v faisant tourner les petits ventilateurs.

Plusieurs modèles sont en cours de fabrication. Parmi les 5 groupes, certains ont choisi de ne collecter que les plastiques légers ou seulement les métaux, d’autres les deux. Le travail a bien avancé mais rien n’a été encore expérimenté.

Heureusement que nous avons été aidés par Christine, notre mentor, et par Barbara qui était venue nous rendre visite et nous a apporté des cadeaux. Merci beaucoup ! On continue la semaine prochaine !

Publier

Après la phase d’expérimentation, il sera important d’analyser les résultats obtenus.

Le scientifique doit ensuite communiquer sur son travail de recherche. Cela passe par une restitution écrite qui est soumise pour relecture à un comité de chercheurs du domaine. Si le contenu est pertinent (rigueur de la méthode, intérêt des résultats) et une fois corrigé selon les conseils des relecteurs (cela peut nécessiter plusieurs allers-retours) l’article est publié dans une revue scientifique ou dans le recueil d’une conférence. Dans le cas des conférences (congrès scientifiques), le scientifique doit ensuite présenter son travail à l’oral en présentation plénière avec un support de transparents ou via un poster.

La longueur et la structure de l’article dépendent du journal auquel il est soumis. De façon classique il comporte un titre, la liste des auteurs, un résumé, une introduction qui décrit le contexte et l’état de l’art, la méthodologie qui a été mise en place, les résultats (texte explicatif + figures / graphiques), une conclusion qui discute les résultats obtenus et présente les perspectives.

La publication permet à la communauté scientifique de partager les connaissances, qu’une expérience ait donné un résultat positif ou pas il est important d’en garder une trace.

La pratique (suite)

Avant de reprendre les expérimentations, nous avons pris le temps de réfléchir à la dernière séance et à l’objectif de l’expérimentation : le filet ramasse-t-il bien les plastiques légers ?

Nous avons donc testé.

Résultat : le filet ramasse bien les déchets légers (feuilles, plastiques légers…), il les accumule puis les déchets finissent par constituer une masse qui, à force de rouler, arrive à passer sous le filet malgré la barre en bois, réduisant à néant les efforts du Thymio. Faudrait-il le lester davantage? Un filet plus rigide (type grillage) ramasserait tout et finirait par être bloqué par le poids de ce qu’il traînerait. En conclusion, le filet ne fonctionne pas, il ramasse les déchets légers comme les lourds.

Comme il faisait beaucoup de vent cet après-midi, nous avons observé comment il déplaçait les feuilles et les plastiques légers. Nous sommes retournés en classe et nous avons cherché ce qui pourrait produire du vent : l’idée du ventilateur a très vite germé.

Certains ont expliqué qu’ils avaient des petits ventilateurs qui fonctionnaient à pile, puis nous avons cherché dans quoi il y avait des ventilateurs. Demain, nous démonterons donc de vieux ordinateurs afin de récupérer des ventilateurs. Tournevis !

De la théorie à la pratique

Suite à la visite de Christine, notre mentor, qui nous a beaucoup aidés à organiser notre recherche, nous avons réfléchi dans une première séance à ce dont nous aurions besoin pour nos premières expérimentations (matériaux) et comment nous allions utiliser les Thymios.

Les groupes ont dessiné des croquis de robots et les ont présentés à la classe. Des idées ont germé : doter le Thymio d’un filet pour collecter les plastiques légers, équiper le robot de « bras » afin de balayer une plus grande zone dans le ramassage, poser des aimants sur ces « bras immobiles », utiliser une roue sans laquelle Thymio ne peut se déplacer sur le goudron.

Dans la séance suivante, les groupes ont commencé à bricoler les robots avec les matériaux qu’ils avaient ramenés (legos, filets…) mais cela s’est avéré plus compliqué que prévu : la réalité est contraignante, le croquis ne fonctionne pas forcément et surtout, il ne faut pas perdre de vue le projet au cours du bricolage.

Encore une fois, la présentation des robots devant la classe a permis à beaucoup de groupes de faire le point. Bref, on a avancé mais il reste du chemin à parcourir.